Cinderella writes back : Sara Jeannette Duncan's Mary Trent as Canada personified

Název: Cinderella writes back : Sara Jeannette Duncan's Mary Trent as Canada personified
Variantní název:
  • Cendrillon répond : Mary Trent de Sara Jeannette Duncan, le Canada personnifié
Zdrojový dokument: The Central European journal of Canadian studies. 2018, roč. 12-13, č. [1], s. 103-118
Rozsah
103-118
  • ISSN
    1213-7715 (print)
    2336-4556 (online)
Type: Článek
Jazyk
Licence: Neurčená licence
 

Upozornění: Tyto citace jsou generovány automaticky. Nemusí být zcela správně podle citačních pravidel.

Abstrakt(y)
Sara Jeannette Duncan concerned herself overtly with the debates about the status of Canada within the British Empire by critiquing Canada's place within that empire. Her Mary Trent of Cousin Cinderella arrives in London at the height of the preferential trade debate, thus enabling Duncan to illuminate the issue of Anglo-colonial relations. Formulating Mary as ignorant of her wealth and potential (and thus personifying Canada), and positioning her against Evelyn, an American social climber, gives Duncan the opportunity to depict what it means to be Canadian. While Mary comes to London with the idea that England is home, we observe as her pride in her Canadian origins increases. Additionally, through Mary's unique female Canadian vantage point, as we watch her develop from a raw product commodified by the London market into a writer through the creation of her autobiographical narrative, one with increased confidence in herself as a Canadian and a woman, we learn how economic and political workings of imperialism affected women. At the nexus of imperialism, nationalism and feminism emerges a narrative of Canadian modernity.
Sara Jeannette Duncan s'intéressait ouvertement aux débats sur le statut du Canada dans l'Empire en critiquant la position du Canada dans l'empire. Sa Mary Trent de Cousin Cinderella arrive à Londres à l'apogée du débat sur échanges préférentiels permettant ainsi à Duncan d'éclairer la question des relations anglo-coloniales. Elaborer Mary comme ignorante de sa richesse et de son potentiel (et ainsi personnifier le Canada), et la positionner contre Evelyn, un grimpeur social américain, donne à Duncan l'occasion de décrire ce que signifie être Canadien. Pendant que Mary vient à Londres pour interpréter l'Angleterre comme son chez-soi, nous voyons s'accroître sa fierté de ses origines canadiennes. De plus, grâce à l'unique point de vue féminin canadien de Mary, tandis que nous la voyons se développer à partir d'un produit brut transformé par le marché de Londres en écrivaine à travers la création de son récit autobiographique, celle dont une confiance en elle-même en tant que Canadienne et femme s'accroît, nous apprenons comment les fonctionnements économiques et politiques de l'impérialisme ont affecté les femmes. À la croisée de l'impérialisme, du nationalisme et du féminisme ressort un récit de la modernité canadienne.